Changer l’eau des fleurs, Valérie PERRIN

Date de parution: 28/02/2018 – 24/04/2019

Éditions: Albin Michel – Le livre de poche

Des fois, il suffit de pas grand chose, des fois, ça ne tient à rien. A un cadeau-don de ma belle-mère. A des préjugés. Puis à un dimanche après-midi, où l’envie s’en mêle. Et ça fait des étincelles….partout.

Résumé: Violette Toussaint est garde -cimetière en Bourgogne. Le comble pour une « Toussaint ». Côtoyer le monde des morts c’est son truc: les enterrements, les familles endeuillées, les tombes à entretenir. Des larmes, des adieux. Mais pas seulement. Si près de la mort, se trouve la vie, et la vie c’est aussi ses amis fossoyeurs, le père Cédric, ou encore Eliane sa fidèle chienne. C’est aussi le sourire d’une personne endeuillée à l’évocation des souvenirs des moments privilégiés avec son défunt. La vie, la mort. Si loin et si proche. Bienvenue chez Violette. Ici on ne s’ennuie jamais.

Mon avis: Un énorme coup de cœur ! Comme ça fait du bien, comme ça réchauffe le cœur! Alors oui, c’est un peu paradoxal, on y évoque la mort, et beaucoup. Mais la mort met en lumière la vie.

D’emblée, l’auteure nous met dans le bain et nous plonge dans l’existence de Violette, sans fioriture. Celle qui finalement a des voisins pas si emmerdants! Entre un enterrement par ci, les textes hommages par là, une nouvelle épitaphe qui est gravée sur le marbre d’une tombe… Sincèrement qui pourrait ? Qui pourrait vivre les deux pieds dans un cimetière (j’ai pas dit dans la tombe!) ? Il en faut une force d’esprit… ou peut être faut-il que son rapport à la vie soit appréhendé différemment… Quoi qu’il en soit Violette, elle en a une « drôle » de vie. Dès sa venue au monde, ça été différent pour elle. Posée sur un chauffage, pour réchauffer un bébé non désiré, un bébé qu’on a cru mort-né. Abandonnée. Puis errance, de foyers en familles d’accueil. Alors on se forge un mental, on essaie de se construire avec des bases qu’on sait fragiles. C’est de l’amour à peu près, de faible consistance. Et ne parlons pas de confiance…. Quand la jeune Violette, pas tout à fait majeure croise le regard bleu azur de Philippe ça fait « BOUM! ». Se sentir aimée, désirée, essayer de nouvelles choses. Se sentir vivante. Des promesses, des doutes…et des événements qui vont la marquer pour la vie.

Violette, c’est aussi des rencontres qui changent des vies. Ce sont des mains tendues quand on s’y attend plus vraiment. Ce sont des visites impromptues. C’est aussi le plaisir de partager un verre de porto avec ses fidèles amis. De l’émerveillement pour une fleur qui sort doucement de terre ou pour le sourire d’un enfant.

Madame Toussaint va également nous permettre de rencontrer d’autres personnages, d’autres histoires de vie, tantôt tristes, tantôt cocasses, tantôt belles. Ou peut-être certaines fois, les trois en même temps. En réalité, je ne veux rien gâcher au plaisir de cet ouvrage, lisez-le et vous saurez pourquoi Violette s’est retrouvée dans ce cimetière. Il ne mérite aucun spoiler, il mérite de s’y attarder et de lui accorder notre entière imagination.

Par ailleurs, la plume de l’auteure est tellement limpide que tout coule de source. Les articulations entre l’histoire de vie de Violette, son passé, son présent, les histoires des autres personnages sont si bien cousues entre elles que l’on a qu’une seule envie: savourer les chapitres qui nous sont donnés.

En conclusion: Tant d’émotions pour cette lecture! J’ai vraiment été touchée par Violette et son histoire. Celle qui frôle la mort tous les jours et qui aujourd’hui est plus vivante que jamais. Une ode à la vie et à la résilience. Rien n’est joué d’avance. Merci Valérie !!!


17 réflexions sur “Changer l’eau des fleurs, Valérie PERRIN

  1. Coucou Gwen ! « Changer l’eau des fleurs » de Valérie PERRIN a été lu par ma maman et ma belle-sœur et comme toi, elles ont toutes les deux adorées. On a beaucoup parlé de ce livre et toujours en positif. Je ne suis pas surpris de voir combien tu as été touchée par ce roman. Tes mots, sensibles, justes me font dire que l’on a besoin de temps à autre de s’accorder une pause et de lire des romans qui font du bien car comme tu le dis très joliment « la mort met en lumière la vie ». C’est une très belle chronique que tu nous offre là. Je lis en ce moment un joli livre de J. M. G. Le Clezio « Chanson bretonne – L’enfant et la guerre : Deux contes  » et c’est pareil c’est un livre qui fait du bien. On replonge dans son enfance en Bretagne. Merci pour ce beau partage mon amie. Gros bisous de Bretagne et doudou de Malzenn pour la plus chouette des Alsaciennes ☀️😊

    Aimé par 1 personne

    1. Hello!
      Oh c’est chouette de partager cette opinion avec des membres de ta familles ☺️
      Effectivement, il fait un bien fou. Mais il est tout sauf niais, la profondeur et la résilience qui en émanent….J’adore!
      Merci à toi Fred, je t’embrasse !!

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s