Le Douzième chapitre, Jérôme Loubry

Date de parution: 19/09/2018

Éditions: Calmann-Levy

Enfin! J’attendais particulièrement cet ouvrage de l’auteur, dont j’avais lu son premier « Les chiens de Détroit », par un bienheureux hasard !

Résumé: Été 1986, les jeunes David et Samuel passent leurs vacances dans le complexe appartenant à l’employeur de leurs parents, comme chaque année. Ils y rencontreront Julie et leur duo sera désormais un trio. Cependant, une étrange atmosphère y règne.. entre complots et disparitions, l’été 86 restera dans les mémoires…Aujourd’hui,David a ce qu’on appelle communément, réussi sa vie. Écrivain, il vit dans une magnifique demeure, avec une femme qui l’est tout autant. Son meilleur pote, Samuel est son éditeur. Sur le papier c’est beau… en réalité, David fait face à des difficultés permanentes avec sa femme. Un jour, il trouve une enveloppe en papier kraft devant sa porte, à son attention. Dedans, se trouve un manuscrit relatant la tragédie de l’été 1986…

Mon avis: C’est d’emblée au premier chapitre que Jérôme Loubry nous transporte dans son deuxième roman, qui au passage possède une couverture tout bonnement magnifique, comme souvent chez Calmann-Levy. Ici, il est question de la construction de soi, des souvenirs et du lien passé et présent. Un peu comme des ronds dans l’eau, l’auteur nous offre le plaisir d’alterner entre chapitres actuels et chapitres du passé, qui nous permettent d’appréhender les pans de vie de nos personnages. Comprendre leur vécu pour comprendre leur façon d’aborder la vie aujourd’hui. Ceux qui me lisent régulièrement savent que les récits emboîtés font partie de mes must-have. J’ai apprécié découvrir les personnages entrant tout juste dans l’adolescence pour en observer leur évolution à ce jour et comprendre dans quelle mesure ils ont été impactés par ces événements. Le symbole de la tasse à café en est l’exemple parfait! D’ailleurs j’ai beaucoup aimé les métaphores utilisées par l’auteur!

Les personnages ne sont pas en reste, notamment Samuel, David et Julie en 1986, qui sont l’un comme l’autre très attachants, par leur histoire, leurs difficultés et leur belle insouciance. J’ai aimé observer l’évolution des garçons depuis cet été 86. La tension est palpable tout au long du récit, qui lui-même est assez sombre. Certains passages sont par ailleurs assez violents et je reconnais en ces éléments la patte de Loubry!

En conclusion: Si j’ai une préférence pour son premier, « Les chiens de Détroit », j’ai clairement passé un excellent moment de lecture avec « le Douzième Chapitre » qui confirme la place de choix que détient désormais l’auteur dans le monde du polar. Oui Jérôme, on peut compter sur vous!

Publicités

23 réflexions sur “Le Douzième chapitre, Jérôme Loubry

  1. Coucou Gwen ! une très belle critique. Je note que tu as aimé mais néanmoins tu as préféré son premier livre qui est une vraie pépite. Je lirais celui-ci aussi car le sujet est intéressant. Assurément, il faudra compter sur Jérôme Loubry pour le futur ! Je te rejoins sur la qualité des couvertures de la maison d’édition Calmann-Lévy. Grand soleil ici aujourd’hui en Bretagne. J’ai baladé ma Malzenn qui était toute heureuse. Bisous pour la plus Bretonne des Alsaciennes 😉 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou Fred! Je te remercie!
      Tu me diras ton avis sur le premier bouquin 🙂
      On est encore d’accord eheh! Que de points communs sur nos goûts…! C’est incroyable! Bises à toi et à Malzenn! Vous avez réussi à lui faire perdre du poids ? Bisous au plus cool des Bretons!

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s