Power, Michael MENTION

Date de parution: 04/04/2018

Éditions: Stéphane Marsan

Voici le septième livre lu dans le cadre du prix littéraire du Festival Sans Nom de Mulhouse. Que dire … je suis époustouflée par cette lecture, et vous invite vivement à vous la procurer!

Résumé: Flash-back dans les années 60. Direction les Etats-Unis. Nation à l’impact international, nation à grande échelle, nation du self made man. Mais tous n’ont pas les mêmes droits. Certains ont même plus de devoirs que de droits. Des inégalités et du racisme. L’assassinat de Malcolm X va scinder la communauté noire entre la haine et la révolution non violente prônée par Martin Luther King. C’est à partir de là que Bobby Seale et Huey P.Newton, deux étudiants de couleur noire vont créer le Black Panther Party. Ce dernier est un mouvement révolutionnaire de libération qui a pour but de sensibiliser et réduire les inégalités entre les « noirs et les blancs », de faire valoir leurs droits et de pouvoir mener une vie décente où dignité et respect sont des maîtres mots. Jugés comme dangereux par les responsables politiques, ils seront traqués pour être dissolus. Charlène sera l’une des plus jeunes à rejoindre le mouvement. Neil, jeune officier de police écœuré par le racisme ambiant ira à contre-courant des directives du FBI. Quant à Tyrone, le FBI lui proposera d’infiltrer le parti en échange de sa liberté.

Mon avis:Coup de cœur ! Pour un livre où fiction et réalité se partagent l’affiche, au beau milieu de l’Histoire des USA. Bon j’avoue, je ne connaissais pas grand chose au mouvement, hormis son nom. Car durant mes années lycée, nous n’avons que survolé ce pan de l’Histoire. Quelques mots sur Martin Luther King et Rosa Parks, basta. Et c’est tellement dommage! Ici Michael Mention fait le boulot, il a effacé mes lacunes et m’a offert le plus beau cours que l’on peut donner. Tout est dans « Power »! Me concernant, pour faire la différence entre une bonne et très bonne lecture, je m’appuie sur mon envie ou pas de me documenter en parallèle. Ici, c’est ce que j’ai fait de la première à la dernière page. J’ai été fascinée, touchée, ébranlée. Power a éveillé en moi ce sentiment profondément exécrable d’injustice et cette soif d’égalité.

Power c’est une plongée au cœur des USA, qui offre une facilité de représentation, de scénarisation tant les descriptions et l’atmosphère sont soignées. Je me voyais déambuler dans le rues de San Francisco ou de Chicago. J’ai vécu l’histoire. J’étais là.

Power c’est des faits historiques marquants dont j’ai trop peu entendu parler à mon goût.

Power c’est une toile tissée de la naissance du BPP à ses dernières heures. Qu’est ce que j’aime entrevoir les évolutions, les perspectives, les enchaînements de situations.

Power c’est des personnages partagés entre fiction et réalité. Ils portent le récit et sont à la hauteur de l’ouvrage. Nous suivons principalement trois personnages, à commencer par Charlène, jeune ado rebelle et avide de justice, la benjamine du parti à son inclusion. Une tête brûlée au grand cœur. Neil est flic, et contrairement à la plupart de ses collègues, il supporte difficilement le racisme et la violence faite envers la communauté noire. Un flic en pleine empathie. Enfin, Tyrone le jeune black chargé d’infiltrer le BPP, en échange de sa libération. Tiraillé entre la cause pour laquelle il se bat et ses obligations envers le FBI, le jeune homme va lutter avec ses propres démons. Même s’il y a pas mal de personnages, ils ont tous un impact fort dans l’œuvre.Nous les observons évoluer de leurs débuts plutôt glorieux à leur déclin. Comment ces jeunes vont-ils lutter face à l’oppression du gouvernement et face au racisme ambiant ? Nous entrons dans leur tête, en proie aux doutes, aux certitudes, aux folies. De fait, nous observons le cheminement qui s’opère.

Mention nous donne à réfléchir aux événements et à leur portée nationale et internationale. On découvre également que le BPP c’est aussi la distribution de repas aux plus opprimés.

Le débat pourrait être lancé sur le côté polar or not polar. À mes yeux c’est un polar! Il n’y a peut-être pas d’intrigue policière, mais la noirceur ambiante est bien présente. Il y a du sang, du sexe trash, de la crasse, des tirs, des meurtres et des horreurs sans nom. Des scènes m’ont sciée, et une m’a particulièrement touchée. J’aurais voulu être là pour aider ce petit bonhomme et pour hurler à l’injustice! Le vocabulaire cru employé par l’auteur tend dans ce sens. Mention particulière aux mélomanes qui y trouveront des airs des seventies bien sympa! Et puis que dire de la couverture, sobre, magnifique, elle résume tout. Le poing levé. Pour que cela ne se reproduise plus jamais.

Power c’est le bouquin qui te bouge, qui t’éveille et te remue. C’est celui qui te donne la nausée tout en t’insufflant l’espoir. Power c’est le bouquin où tu lâches une larme, tu serres les dents et tu lèves le poing. Power c’est dur. Mais Power ça va droit au cœur.


26 réflexions sur “Power, Michael MENTION

  1. ton texte est très beau et j’ai notamment adoré ta conclusion ! merci pour ce très beau coup de cœur. Je t’ai senti passionnée et enthousiasmée par ce livre dont la couverture est d’une force, d’une sobriété j’adore. Il y a eu un numéro de L’histoire il y a quelques mois sur « l’Amérique noire », cela partait des années 20- 30 jusqu’à aujourd’hui. Il parlait des Black panthers qui ont été traqué et assassiné sans aucune pitié. Un film m’a particulièrement secoué c’est « Détroit » de Kathryn Bigelow.. ce film est une merveille et je te le recommande si tu ne l’as pas vu. Je note ce livre parce que c’est tout à fait vrai qu’en France, on ne parle pas suffisamment de cette histoire et de cette lutte des afro-américains.. C’est à mon sens une de tes plus belles notes Gwen ! Bises bretonnes pour toi ! 🙂 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup Fred pour tes mots ! Oh oui c’est une de mes plus belles lectures de l’année. J’y ai laissé des plumes, une partie de mon cœur. C’est le genre de lecture que j’aime. Elle me révolte et me donne envie de bouger les choses. La couverture résume tout. La symbolique du poing levé parle d’elle même. Merci pour ton conseil. Je le note, car comme dit, cette partie de l’Histoire n’est que trop peu abordée. Quand on penses à toutes les horreurs vécues, ça me rend dingue!!
      Merci encore Fred 🙂 j’ai été inspirée car le cœur a parlé!
      Je t’embrasse et t’envoie des bisous Alsaciens !

      Aimé par 1 personne

  2. Il y a quelques années j’avais acheté le livre de poche : Panthères Noires, histoire du Black Panther Party et j’avais beaucoup aimé, ce sujet me touchant particulièrement. Ton enthousiasme et ton résumé de ce livre mélangeant histoire et fiction me le font mettre sur ma liste d’achats ! Merci encore pour cette critique hyper positive qui donne une furieuse envie de lire ce bouquin 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Merci à toi pour ce commentaire sympathique 😊 je suis ravie que cela t’ait transmis l’envie de lire ce livre!! C’est une pépite ! D’autant plus si le sujet te touche. Je note ton livre de poche, car j’ai très envie de me documenter davantage au sujet du BPP!

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s