Racket, Dominique MANOTTI

Éditions: Équinoxe, Les Arènes

Date de parution: 21/03/2018

Et voilà une découverte de plus à mon actif, grâce au Festival Sans Nom qui a sélectionné cet ouvrage dans le cadre du prix littéraire qui sera attribué en octobre! Merci aux éditions Les Arènes pour cet envoi. Magouilles, intérêts financiers, sur fond d’actualité et de triste réalité, un polar coup de poing!

Résumé: Deuxième suicide et l’alarme retentit dans sa tête. Castelvieux sait qu’il est le prochain sur la liste. Fuite. Retour à Paris pour survivre. On ne badine pas avec l’amour, il parait. Ici, c’est plutôt « on ne se moque pas des grands requins ». Lamblin travaille chez Orstam et se rend aux USA malgré l’injonction de son patron pour négocier un contrat. Ce dernier ne verra jamais le jour, car il est arrêté et placé en détention. En parallèle cette grande boîte américaine va tout faire pour racheter Orstam, la belle entreprise française qui a fait ses preuves et qui monte, qui monte. Lorsqu’il est question d’argent, les principes s’en vont, tout est bénéfice, corruption et jeux de pouvoirs. Le gouvernement est aveugle. C’est sans compter sur l’opiniâtreté de nos chers flics, qui n’abdiquent jamais. Envers et contre tous.

Mon avis: J’avoue ne pas avoir été emballée par la couverture du livre. J’avoue aussi être peu friande des polars politisés, sur fond d’argent et de business. Un double à priori, que l’auteure a fait voler en éclat! Directement dans le feu de l’action, des cadavres, un contrat sur la tête. Dès le début, j’ai été happée par cette lecture, où l’on ressent une forme d’urgence, car ce qui arrivera sonne comme inévitable. L’intrigue se met vite en branle et a un côté addictif. D’emblée, le lecteur sent que quelque chose ne tourne pas rond et que les magouilles et la corruption sont les éléments dominant ce livre. Comment survivre alors que l’on sait que le piège va se refermer sur soi, malgré tout?

C’est une équipe de flics composée d’une femme et de deux hommes qui enquêtent sur l’affaire. Noria Ghozali, nommée commandante se retrouve à intégrer un service qu’elle n’affectionne pas particulièrement. La quarantaine bien frappée, cette flic célibataire est l’heroïne fétiche de l’auteure. Un vécu familial douloureux, une affaire délicate et voila que la commandante Ghozali se retrouve aux renseignements intérieurs. Accompagnée de deux hommes sympathiques et bosseurs, elle s’en tire plutôt bien! Et moi aussi, car n’ayant lu aucun livre de l’auteure, j’ai complètement accroché avec les flics et notamment Nora Ghozali. Au-delà de l’enquête, Dominique Manotti a su insuffler un réel passé et une histoire propre à son héroïne. Les autres personnages ne sont pas en reste. On note une belle application sur leur développement psychologique. Manotti nous propose un polar tristement réaliste où l’on note derrière l’intrigue, une dénonciation de la corruption politique et économique. L’argent a toujours raison. Les magouilles et les jeux de pouvoirs régissent la carrière de certains qui tirent les ficelles n’en déplaise au gouvernement bien souvent aveugle et taiseux. De l’argent pour un désastre social et humain. Je félicite l’auteure pour son implication et son engagement à propos d’un sujet délicat à aborder. Concernant, la plume de l’auteure, elle coule de source et est facilement accessible. Bien évidemment, il faut apprécier l’aspect business et son vocabulaire assez présent dans l’ouvrage. Cependant, j’ai ressenti un léger essoufflement aux trois quart du livre, mais qui n’altère en rien sa qualité.

En conclusion: Un ouvrage angoissant par son aspect politico-business aux consonances malheureusement assez réalistes. Une intrigue haletante, une équipe de flics attachante et un livre qui invite à la réflexion. Tous les ingrédients sont réunis pour frissonner, d’autant plus en flirtant avec la réalité…


14 réflexions sur “Racket, Dominique MANOTTI

  1. Rhooo je suis contente que ce titre t’ait plu.
    L’auteur est passionnante a lire et à écouter.
    Et derrière ses histoires il y a toujours une enquête poussait sur les sujets traité.
    Oui c’est pas seulement réaliste, c’est malheureusement réel !
    Oui le fric, le fric toujours le fric.
    Il dirige notre monde

    Aimé par 1 personne

  2. Quel bonheur pour toi que ce festival sans nom qui ouvre à pleins de lectures, d’univers différents. Un livre qui, de prime abord, ne t’attirais pas trop et qui au final t’as ravi. C’est une jolie surprise en somme. Grand soleil ici en Bretagne. Toujours un plaisir de te lire et de vivre grâce à toi cette aventure littéraire à travers ce festival. Bisous bretons pour toi chère Gwen 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s