Ce qu’il reste, Elena VARVELLO

Date de publication: 10/01/2018

Éditions du Masque

Je remercie tout d’abord NetGalley et les éditions Le Masque pour cette très belle lecture!

A priori, j’ai un certain feeling avec la littérature italienne.. entre les De Luca, Ammaniti, Baricco…et j’en passe!

Voici le premier roman d’Elena Varvello, jeune femme turinoise et je l’espère, pas le dernier!

Mon Résumé:

1978, dans la ville de Ponte, nord de l’Italie.

C’est l’été et comme tous les étés à Ponte, il est étouffant.

Nous découvrons le jeune Elia, ado de seize ans, plutôt solitaire et peu bavard.

Malheureusement, Ettore, le papa d’Elia vient de se faire licencier, l’ambiance n’est pas au beau fixe à la maison.

Persuadé d’être victime d’un complot, Ettore semble lointain, taciturne, voire absent.

La maman quant à elle tente de faire belle figure et croit férocement en son mari, malgré ses absences. L’amour a ses raisons…

Elia va se trouver confronter à une vie de famille pour le moins étrange.

Cependant notre jeune protagoniste trouvera des ressources par le biais de belles rencontres qui jalonneront cet été brûlant.

Un jour, le malheur frappe ce village paisible et innocent, une jeune femme disparaît

 

Mon Avis:

Voilà un livre aux bons ingrédients!

Cette œuvre prend la forme d’un huis-clos. En effet, l’intrigue se déroule dans le village de Ponte, dans ses bois et dans ses chaumières.

L’auteure nous offre donc un regard acéré sur ce village, ses personnages et ses drames. C’est d’ailleurs Elia qui nous narre ce récit des années après le drame.

L’intrigue tout d’abord, est tout à fait passionnante. Il est question de la disparition d’une jeune femme dans un village assez reclus et des conséquences qu’elle engendre sur ses habitants.

Mme Varvello nous présente un récit enchâssé, dans lequel nous retrouvons deux récits que je tairai pour ne pas fausser le scénario.

Par ailleurs, j’ai réellement apprécié le temps consacré à la présentation des personnages et à leur développement.

Elia, le narrateur nous transporte littéralement au sein d’un épisode marquant de sa vie.

Il nous énonce ses sentiments, ses difficultés, ses amours.

Jeune lecteur plutôt solitaire, nous allons partager ses amitiés, ses amours, ses doutes et ses peurs.

Ces dernières qui apparaissent très vite dans le récit dès lors qu’il commence à ne plus reconnaître son père qui semble distant, instable et incohérent. Passer du sourire à l’absence.

Ce père lointain, non atteignable, pris dans ses chimères, déconnecté de la réalité, persuadé d’être la cible d’un complot. Ce père qui l’effraie, qui n’est plus tout à fait le même.

Cette mère qui s’accroche à ce qu’elle peut. Toujours digne. Soucieuse de son fils, soutenante et aimante. Aux petits soins, et attentionnée envers son mari.

Cette femme et ce fils qui m’ont tellement touchée.

 

En outre, l’écritureest fluide, abordable et offreune lecture rapide et sansaccrocs!

 

 

En conclusion:

Viva la litteratura italiania!

Si vousappréciezles intriguesbien cousues, les problématiquesfamiliales, si vous êtesattirés par Elia notre jeune lecteur solitaire mais ô combien attendrissant et si les disparitions vous transforment en Sherlock, ce livreestfaitpour vous!

Et surtout, une surprise de taille vous attendra dans les dernières lignes!

Je dis d’autant plus, Grazie Elena et bravo!


17 réflexions sur “Ce qu’il reste, Elena VARVELLO

  1. Tu sais que si je devais émigrer (je te rassure ce n’est pas encore pour tout de suite loll ) ou tout simplement voyager, l’Italie serait ma première destination. C’est un pays de cocagne pour moi. La nourriture, le foot, les vins, les glaces, les fringues, la langue.. je crois qu’on en avais déjà discuté toi et moi mais ce pays m’attire drôlement ! J’adore ta façon d’exprimer ton point de vue. C’est clair, très bien construit. J’aime ce style d’histoire. J’espère que tu vas bien. Le soleil est de retour ici pour ma plus grande joie ! Excellent weekend chère Gwen, Bises bretonnes pour toi et l’Alsace 😉 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Je me souviens, en effet d’une conversation où tu scandais ton amour pour l’Italie 🙂
      Je te comprends tout à fait, j’ai un énorme feeling pour ce pays moi aussi. Une attirance. La langue, la gastronomie, la culture, le café, les glaces …une authenticité!
      Merci Fred! 😊 je vais bien et toi ?
      Je vais voir les Enfoirés ce soir à Strasbourg! Je suis trop contente!
      Ah la chance tu as du soleil! Nous c’est pluie, neige et inondations! Berk!
      Très bon week-end à toi aussi Fred! Bises Alsaciennes à la Bretagne et à Fred le Breizh 😉

      Aimé par 1 personne

      1. oui ça va bien merci, je revis avec ce soleil ! c’est génial que tu puisses voir les Enfoirés, excellent ! tu me raconteras promis. Avec mes supers pouvoirs digne de stranger things je vais essayer de t’amener un peu de soleil ^^ 😉 Fred le Breizh.. j’adore Eclates toi bien ce soir au concert ! 🙂 Bises à la plus bretonne des Alsaciennes 😉 🙂

        Aimé par 1 personne

      2. dommage pour le soleil. Je réessaye mes super pouvoirs digne de stranger things demain ^^ C’est cool ton concert ! je suis heureux pour toi. Tu sais que j’adore aussi les spectacles. C’est juste magique de voir en « vrai », en chair et en os à quelques mètres de nous des artistes qui nous ont fais rêver, qui font partis de nos vie depuis l’adolescence pour certains. Quelle émotion quand j’ai vu Norah Jones en novembre 2016 à Pleyel. Je me disais pinces toi elle est là. Et cette voix… ça n’a pas de prix ces émotions en concert. Si j’étais sur Paris j’irais voir pleins d’artistes Arcade Fire, U2 et j’en passe.. mais je suis sur Lorient.. il me reste plus qu’à me déplacer parce que u2 à Lorient c’est pas pour demain ^^ 😉 belle soirée à toi, Bises Gwen 😉 🙂

        J'aime

      3. Ça marche merci 😊
        Merci beaucoup, tout pareil pour moi le fait de les voir « en vrai » me met plein d’étoiles dans les yeux! J’ai l’impression d’être une petite fille 😉
        Oh que oui quand on a la possibilité de rencontrer des personnes que l’on apprécie, de les écouter ou de rigoler, vibrer, c’est tout simplement génial !
        C’est vrai que Paris reste privilégiée pour U2, Coldplay…bonne nuit Fred! Bises

        Aimé par 1 personne

      1. Bonjour
        Je me suis rendue compte que presque que tous les polars et thrillers que je lis sont anglophones… Peut-on parler de littérature ? Je dis oui ☺️
        Pour le reste de mes lectures, c’est de partout… Je suis attirée en premier lieu par le titre et la couverture.. Vient ensuite la 4e de couverture qui me décide ou pas.
        Pour illustrer la littérature anglophone, en ce moment je lis La souris bleue de Kate Atkinson.

        Aimé par 1 personne

      2. Bonjour
        D’accord. Et encore plus d’accord pour parler de littérature 🙂
        Pour ma part, c’est souvent au feeling selon le résumé, mais la couverture joue beaucoup !
        Je ne connais pas du tout ce livre, je vais aller voir.
        Bon dimanche et bonne lecture 😊

        Aimé par 1 personne

  2. Pourquoi ces mots attachés comme « surprisedetaille » , « regardacéré », « partagersesamitiés, sesamours, sesdoutesetsespeurs. » « Si vousappréciezles intriguesbien cousues, les problématiquesfamiliales, si vous êtesattirés » … ? Voilà pour la forme.
    Pour le fond, je vais sans doute aimer ce bouquin

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s